Espagnet Soulioudis Marie-ange

Espagnet Soulioudis Marie-ange
55 ans / ABLIS
Genres évalués :
TOUS LES ROMANS Historique Aventure Sentimental Policier Thriller Fantastique Roman Fantasy Science Fiction Jeunesse Nouvelles/Conte Pratique Humour Livres ados et young adults
Inscrit(e) le : 18-Apr-2008
Envoyer un message

« fonctionnaire »

J'ai évalué 43 livre(s).

Votre fiche de lecture

7.00 Appréciation Globale

7.00 Appréciation Littéraire

Trois jours pas comme les autres

Jeanne Darcin apprend, par une infirmière de l’hôpital, que sa mère vient d’être hospitalisée, que c’est grave et qu’elle doit s’y rendre au plus vite. Lorsqu’elle arrive à son chevet, sa mère lui avoue qu’elle a une sœur jumelle et que son père, décédé cinq ans auparavant, n’est pas son vrai père, mais la mort la saisit avant qu’elle n’ait le temps de terminer sa phrase. S’engage alors pour Jeanne, la recherche de la vérité : où est sa sœur et qui est son père biologique.

Cette quête l’amène à découvrir des secrets de famille dont elle ne se serait jamais douté et elle découvre l’impensable, l’inimaginable. Jeanne apprend que le voisin de ses parents, a de grandes chances d’être son père biologique et décide de lui rendre visite. Médecin cardiologue à l’hôpital, il est absent, mais sa femme lui avoue que sa sœur jumelle est décédée une semaine auparavant. Jeanne va au cimetière et apprend, avec surprise, que, non seulement, sa sœur porte le même nom de famille qu’elle, Darcin, mais que son cercueil a été placé dans la tombe d’un jeune homme chinois, mort quelques jours auparavant et qu’elle lui a été unie par un mariage posthume, selon une coutume chinoise, portant le nom de ming hun.

Elle retourne chez ses voisins et apprend que cet homme, non seulement, est son oncle, frère de son père, mais qu’il est bien son père biologique. Sur la même lancée, sa tante lui prouve, documents à l’appui (des arbres généalogiques datant de cette époque), que Jeanne est la descendante de Jeanne d’Arc et la mandate pour aller chercher le Graal, l’objet tant convoité par toute la famille : l’épée de Jeanne d’Arc cachée dans un recoin inconnu de l’Eglise de Notre-Dame des Ardents, à Lagny-sur-Marne. Intriguée par cette mission quelque peu étrange, elle accepte sans vraiment savoir ce qui l’attend. Commence alors la quête de sa propre histoire et de son propre Soi.

Arrivée sur les lieux, elle découvre la cachette derrière la statue de Jeanne d’Arc. Elle en sort l’épée qu’elle brandit devant elle et ressent immédiatement un sentiment de puissance l’envahir, mais à ce moment là, trois hommes déguisés en moines font irruption dans l’église et tentent de la lui prendre. S’ensuit un combat entre cette jeune femme et ces trois hommes mais, après avoir remis l’épée dans sa cachette, elle arrive à les semer.

Cette tante par alliance, au retour de Jeanne, déçue de l’échec de Jeanne de rapporter l’épée tant convoitée, n’ayant plus rien à perdre, lui avoue deux autres secrets. Le premier : que sa mère avait été la maitresse de son mari et en avait eu des jumelles, qu’elle-même en avait adopté une à sa naissance*, raison pour laquelle le nom de Darcin était inscrit sur la stèle. Par vengeance, cette femme qui n’avait jamais pu avoir d’enfant, avait fait ce chantage : une des jumelles contre son silence. La mère de Jeanne accepte, désespérée, mais, son mari étant un homme politique riche et très influent, ce scandale aurait brisé sa carrière et mis à mal leur ménage.

Le second et plus lourd secret est plus bouleversant encore : cette femme lui apprend qu’elle a tué ma sœur, par erreur. Elle voulait envoyer Isabelle, sa fille adoptive, en mission, afin de chercher l’épée mais la mère de Jeanne, connaissant la dangerosité de cette mission, fait irruption dans le manoir et avoue à Isabelle être sa mère biologique et qu’elle court un grand danger si elle se rend dans cette église. Cette femme, voyant la mère et la fille se reconnaître et se regarder intensément, folle de rage, prend un pistolet et tire mais Isabelle, pour défendre sa mère biologique, se met devant elle et c’est elle qui reçoit la balle.

Cette femme tire alors une deuxième fois pour tuer sa belle-sœur mais elle vise mal et ne fait que la blesser gravement. La mère de Jeanne s’évanouit de douleur mais sa belle-sœur croyant qu’elle est morte, demande à son mari, médecin à l’hôpital, de venir au plus vite.

Il s’approche de sa belle-sœur (sa maitresse et la mère des jumelles) et remarque qu’elle n’est que blessée. Sa femme, de peur qu’elle ne survive et qu’elle n’aille raconter à la police ce qui s’est passé, avoue tout à son mari : la naissance des jumelles qui sont ses filles biologiques, le chantage qu’elle avait fait à sa belle-sœur, son mensonge pour lui faire croire, à lui, qu’elle attendait un enfant de lui.

Elle réussit à le convaincre d’extraire la balle et d’injecter de l’air dans les veines de sa belle-sœur pour faire passer l’accident pour une embolie mais c’était sans compter le caractère énergique de cette dernière qui survit plus d’une semaine et, ainsi, déjoue leur plan. À l’hôpital, elle est placée dans le service de cardiologie de son ex-amant et beau-frère, pour être isolée mais, malgré son état jugé critique, elle réussit à convaincre une infirmière de faire venir sa fille Jeanne, au plus vite, afin de lui révéler des secrets avant de mourir.

Le matin même de l’enterrement de sa mère, Jeanne va à l’hôpital rencontrer, pour la toute première fois de sa vie, son père biologique. Celui-ci, sous le choc de revoir celle qu’il croyait être sa fille morte une semaine auparavant, a une crise cardiaque et meurt.

Désespérée, le même jour, sa femme se suicide avec l’arme qui avait tué sa fille adoptive qu’elle chérissait tant.

Ces trois jours pas comme les autres, donnent une tournure différente à la vie de Jeanne. Elle a découvert de lourds secrets mais elle positive et se souvient de cette incroyable puissance qu’elle a ressentie en tenant l’épée de son illustre ancêtre. Commence alors une recherche de son Moi profond qui l’amène à s’intéresser à ce qui lui était totalement inconnu jusqu’alors : l’énergie spirituelle, le Soi, l’évolution personnelle.

Après avoir libéré ses peurs, ses angoisses, ses craintes, elle comprend qu’elle n’a besoin de rien d’autre que d’elle-même.

Mon résumé

Jeanne Darcin se précipite à l'hôpital et recueille les dernières paroles de sa mère avant sa mort. Elle aurait une soeur jumelle, et son père n'est pas celui qu'elle croit. En 3 jours elle va mener des investigations et rechercher la vérité sur sa jumelle, et savoir qui est son père biologique. Elle se lançe dans une quête de l'impossible, va découvrir l'extraordinaire et sa vie va en être changée profondemment.

Appréciation générale

En une phrase : L'histoire est bien, mais j'ai dû parfois m'accrocher car il y a surtout des descriptions et peu d'action. Le thème est pour le moins original et la conclusion fantasmagorique.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : L'histoire avec une fin inattendue, avec un déroulement imprévisible. Un personnage intéressant.

Autres commentaires

Style littéraire : Bien écrit mais un peu lourd à lire.

Mon sentiment sur le titre du livre : Bien adapté

Ce que je pense des personnages : Un personnage central en plein prise de conscience, mais à la limite un peu ennuyeux.

Ce que je pense du thème général du livre : Plusieurs thèmes abordés mais pas développés au bout vraiment.

Ce livre ferait-il un bon film ? : non