Auberger Pascale

Auberger Pascale
26 ans / SAINT JEAN DE LA RUELLE
Genres évalués :
TOUS LES GENRES LITTERAIRES TOUS LES ROMANS Contemporain Historique Aventure Autobiographique Sentimental Policier Thriller Jeunesse Nouvelles/Conte Poésie Théâtre Essais Actualité/ Politique Témoignages Sociologie Document Histoire Pratique Humour Divers Erotique
Inscrit(e) le : 23-May-2008
Envoyer un message

« sans profession »

J'ai évalué 26 livre(s).

Votre fiche de lecture

10.00 Appréciation Globale

10.00 Appréciation Littéraire

Le Cinquième Monde : Harem

Ameyal, une jeune amérindienne fille de chef, est arrachée à son village par des trafiquants Aztèques. Vendue comme esclave dans un harem appartenant à un mystérieux Maitre, elle décide de prendre son sort en main et de se venger de ses oppresseurs.

Mon résumé

Empire aztèque. 1519. A l'ère du 5° monde. Ameyal, une jeune amérindienne est enlevée lors du pillage de son village par un groupe de trafiquants sanguinaires. Après avoir vainement tenté de s'enfuir Ameyal, fille de chef est vendue et entre comme esclave dans le harem d'un Maitre mystérieux. Là elle doit se plier aux règles drastiques qui régissent la vie de ce microcosme sous peine de subir de très lourds châtiments. Sa nature rebelle lui vaudra de frôler plusieurs fois la mort omniprésente. Sa détermination et sa force de caractère l'aideront-elles à survivre aux délations, intrigues, règlements de comptes qui l'entourent? Parviendra-t-elle à prendre sa revanche sur ses oppresseurs?

Appréciation générale

En une phrase : L'entrée tumultueuse d'une esclave rebelle dans un harem à l'ère du 5° Monde.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : J'ai été d'emblée séduite par le rythme haletant de ce texte. J'ai aimé être de suite emportée dans l'action faite de "coups de tonnerre" de la première à la dernière phrase de ce roman. J'ai apprécié la puissance évocatrice du vocabulaire dépaysant employé par Gilles Perez, renforcé par l'emploi du présent de l'indicatif ( au mode ici très actif). J'ai trouvé très habile de lever le voile sur la personne du Maitre du harem à la fin du texte en dressant son portrait de surcroit peu flatteur. J'ai eu un vrai plaisir en lisant ce texte fluide.

Autres commentaires

Style littéraire : J'ai beaucoup aimé le style alerte de l'auteur.

Mon sentiment sur le titre du livre : Il correspond bien à la teneur du roman.

Ce que je pense des personnages : J'ai noté que tous sont menés par la règle du "donnant-donnant" dans un monde très hiérarchisé. Ainsi, le mensonge, la délation, les complots sont leurs sports favoris pour obtenir une miette de reconnaissance qui peut leur valoir une bribe de pouvoir sur l'esclave à l'échelon inférieur. Je trouve miraculeux qu'Ameyal puisse survivre à toutes les maltraitances qu'on lui inflige.

Ce que je pense du thème général du livre : Je trouve réussie l'étude de la vilénie humaine poussée à l'extrême dans cette mini-société très fermée et très hiérarchisée. Injustice, révolte, délation, cruauté, complots tout y est exacerbé.

Ce livre ferait-il un bon film ? : OUI