Fort Valerie

Fort Valerie
38 ans / Poitiers
Genres évalués :
TOUS LES GENRES LITTERAIRES TOUS LES ROMANS Sentimental Policier Thriller Sociologie Divers
Inscrit(e) le : 08-Sep-2009
Envoyer un message

« employée »

J'ai évalué 30 livre(s).

Votre fiche de lecture

9.13 Appréciation Globale

9.00 Appréciation Littéraire

Au crépuscule de l'aube

Dans une maison isolée des alpes, une adolescente est retenue prisonnière par un homme et sa fille. Devenue l'esclave sexuelle du père, elle noue une relation d'amitié avec sa geôlière tour à tour bourreau et victime. De l'humanité va naître de l'ignominie.

Mon résumé

Une jeune femme qui a toujours vécu cachée, avec la télévision pour seule vision du monde extérieur aide son père à maintenir captives les adolescentes qu'il enlève pour en faire ses esclaves sexuelles. Une de ces filles arrive à susciter quelque chose chez elle et finalement à mettre fin à cette horreur.

Appréciation générale

En une phrase : Cette horreur-là, elle fait quelques chapitres dans un bon thriller mais là, comme elle occupe tout l'ouvrage, ce n'est pas la fin morale qui va faire qu'on se sent mieux d'être allé vers ça.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : C'est bien écrit et c'est réaliste. Même trop: je sors de ce livre en regrettant la naïveté d'ouvrages gentillets que j'ai lu précédemment.

Autres commentaires

Style littéraire : Il y a quelques petites fautes: "d'accord" est toujours écrit avec un s (p14 et 33), des verbes mal accordés (p13 et p95), un mot doublé p58, p93 toute au lieu de tout. Mais c'est écrit exactement comme il fallait l'écrire pour faire réaliste tout en restant lisible: c'est quand même d'un niveau trop élevé pour la narratrice mais il ne faut pas moins pour qu'on puisse le lire.

Mon sentiment sur le titre du livre : ça va

Ce que je pense des personnages : Tellement réalistes...

Ce que je pense du thème général du livre : Je crois que Natasha Kampusch a écrit un livre sur son histoire et elle, elle a besoin d'argent pour se reconstruire alors tant mieux s'il y a eu des gens pour lire son livre. Mais je voudrais qu'il n'y ait pas de public pour ce type de livre. C'est injuste parce que c'est du bon travail mais c'est malsain d'avoir envie de lire ça.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Non.