Fort Valerie

Fort Valerie
38 ans / Poitiers
Genres évalués :
TOUS LES GENRES LITTERAIRES TOUS LES ROMANS Sentimental Policier Thriller Sociologie Divers
Inscrit(e) le : 08-Sep-2009
Envoyer un message

« employée »

J'ai évalué 30 livre(s).

Votre fiche de lecture

6.27 Appréciation Globale

9.10 Appréciation Littéraire

PAR UN JOUR BLANC

En cette semaine de Noël, la petite station de Thornivel-la-Belle est ensanglantée par une découverte macabre au sommet d’un télésiège. Le policier Costa, citadin qui déteste la neige, part en quête de celui qu’on appelle bientôt le tueur du jour blanc.

Mon résumé

Un tueur utilise le manque de visibilité certains jours en montagne pour découper des gens à la machette. Il ne choisit pas ses victimes au hasard : il couvre un secret d’État et en même temps se venge de ce qu'on lui a fait subir en tant que témoin de ce secret.

Appréciation générale

En une phrase : C'est une bonne histoire mais qui me laisse une impression de manque de sens.

Ce que j'ai particulièrement apprécié : Avoir situé l'histoire aux alentours d'Alberville sans faire Office de Tourisme pour stations de ski.

Autres commentaires

Style littéraire : L'écriture est agréable. Peu de fautes, principalement des mots oubliés. Je trouve les jeux de mots attribués à Langlois un peu lourds et trop fréquents mais c'est quand même supportable.

Mon sentiment sur le titre du livre : Intéressant, attirant.

Ce que je pense des personnages : Je pense qu'il faudrait donner plus d'importance au commandant Perrin plus tôt, le rendre plus impliqué dans l'enquête dès le départ. JeanP et Kévin fonctionnent. Abel Costa est bien mais il y a deux problèmes : il est appelé Aleph tout le long alors qu'il est dit page 6 que plus personne ne l'appelle ainsi et puis l'historiette avec Mireille. Est-ce que c'est qu'il y a eu un premier volume où Abel était appelé Aleph et où il y avait l'enquête sur l'affaire Mireille ? Sinon, il ne faut pas lever des lièvres qu'on ne veut pas courir.

Ce que je pense du thème général du livre : Mélange de vengeance et de secret d’État : un peu flou, un peu facile, léger.

Ce livre ferait-il un bon film ? : Pas sûr : le roman est basé sur le fait qu'on ne voit rien par un jour blanc. Mais ça a déjà été fait, cependant je n'ai pas vu le film donc j'ignore si c'est comparable.