Boulanger Marie-françoise

Boulanger Marie-françoise
26 ans / TREVENEUC
Genres évalués :
TOUS LES ROMANS Nouvelles/Conte Document Histoire
Inscrit(e) le : 05-Jan-2008
Envoyer un message

« CADRE DE BANQUE »

J'ai évalué 5 livre(s).

J'ai lu et évalué parmi les livres édités

8.83 Appréciation Globale

9.00 Appréciation Littéraire

Sous L'oeil De Judas

LE COUP DE COEUR DU JURY. PRIX VSD DU POLAR 2013. EN LIBRAIRIE LE 22 AOUT.
Au Tibet, pendant la seconde guerre mondiale, une mission spéciale de l'Ahnenerbe met la main sur un manuscrit rédigé par un disciple de Jésus. Les études de son contenu dépassent toutes les espérances des scientifiques nazis.
Aujourd'hui, la guerre souterraine pour la possession des versions du manuscrit se poursuit. Ses gardiens séculaires sont menacés et doivent faire face à un ennemi puissant et sans scrupule. Pourront-ils lui échapper sans dévoiler au monde un secret
révolutionnaire vieux de 2000 ans qu'il n'est pas prêt à entendre ?

Mon appréciation
Boulanger Marie-françoise
9.00 Boulanger Marie-françoise - (22410) / 04-Sep-4561

Je l'ai lu jusqu'au bout avec aucune envie d'en abandonner la lecture !
Lire l'évaluation complète

J'ai lu ces manuscrits

Notes non divulguées ou indisponibles pour l'instant

Livre refusé par l'équipe éditoriale

L'ang

|
COUP DE COEUR DU JURY PRIX FEMME ACTUELLE 2008.
Déclaré autiste à 5 ans, Louis est placé dans un Centre spécialisé où il se retrouve au cœur d’une mosaïque de personnages tourmentés, blessés, hantés par leur passé. Mais on dirait parfois que ce petit garçon qui ne parle pas est habité par un pouvoir étrange qui se révélera peu à peu à ceux qui l’aiment comme à ceux qui le fuient. Et si Louis avait une mission à remplir ?
Un roman sur la souffrance, le mal, l’espérance et l’amour.

Mon appréciation
Boulanger Marie-françoise
8.50 Boulanger Marie-françoise - (22410) / 24-Jan-2008

j\'ai bien aimé. On est pris par le récit, l\'histoire des personnages ; l\'enfant est le fil conducteur même si parfois on a du mal à comprendre l\'importance de son regard.
Lire l'évaluation complète

Notes non divulguées ou indisponibles pour l'instant

Livre refusé par l'équipe éditoriale

Etudiants Ece Paris

Une nouvelle version de nouvelles écrites en collectif par les étudiants de l\'ECE / paris

Mon appréciation
Boulanger Marie-françoise
5.00 Boulanger Marie-françoise - (22410) / 07-Oct-2008

ce n\'est pas le style de lecture qui me plait;ce n\'est pas un livre que j\'aurai choisi d\'acheter
Lire l'évaluation complète

Notes non divulguées ou indisponibles pour l'instant

Livre refusé par l'équipe éditoriale

Jour De Crise

Jour de grève généale à Brisbourg, petite ville de l\'est de la France. Des personnages qui n\'ont apparemment rien en commun se croisent, se rencontrent, se séparent, luttent ou espèrent tant bien que mal... Chacun d\'eux se retrouve dans la situation d\'avoir à faire un choix qui pourrait bien engager le reste de son existence.
Sur fond de crise sociale, un roman sur ces crises minuscules qui font la trame de nos vies, ordinaires ou extraordinaires.

Mon appréciation
Boulanger Marie-françoise
8.00 Boulanger Marie-françoise - (22410) / 19-May-2009

bon roman avec des personnages contemporains et des situations actuelles

Lire l'évaluation complète

8.50 Appréciation Globale

7.00 Appréciation Littéraire

Noir D'ivoire

L’intrigue débute par l’assassinat, le dimanche 18 juillet, d’un restaurateur de tableaux mondialement connu pour ses expertises sur les pigments utilisés par Le Caravage. Son corps git, bras en croix, décapité, sur la plage arrière d’un navire en partance d’Ajaccio vers Marseille. Cet expert escortait des toiles du Musée Fesch, d’une valeur de 6 millions d’Euros, pour les rafraîchir dans ses ateliers phocéens. Carl le Mat, colonel du GIGN est le seul policier à bord... sans aucun mandat officiel pour enquêter ! Qu’à cela ne tienne, il récupère le maximum d’indices avant que le « Napoléon Bonaparte » ne ré-accoste.

Mon appréciation
Boulanger Marie-françoise
6.50 Boulanger Marie-françoise - (22410) / 04-Sep-4561

le meurtre est un pretexte pour parler du marché corrompu de l'art
Lire l'évaluation complète