5.67 Appréciation globale

7.00 Appréciation Littéraire

Mablanda

C'était pourtant une jolie journée de Printemps qui commençait : Paris était plongée dans une douce atmosphère, le soleil brillait et la belle Maréva Le Clainc'h, jeune commissaire de la Brigade Criminelle était bien décidée à briser son célibat trop long. La jeune fonctionnaire de police se sentait bien et heureuse en regagnant son bureau du 36 quai des Orfèvres. Mais ce jour là, un carton posé sur son bureau allait tout changer.

Ventura
Ventura

41 front.book.author_anos - (28400)
Blog de l'auteurBlog de l'auteur

« En concubinage avec une femme géniale et père de deux merveilleux enfants »

Ils ont lu ce livre

Hiroux
7.00 Hiroux - (83190) / 11-Nov-2016

Un bon roman avec un beau suspense, dommage qu'il y ai cette énumération lassante des charmes de l'héroïne et ces descriptions trop appuyées qui alourdissent le style et ralentissent la lecture.
Lire l'évaluation complète

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Bigeard
Moyen Bigeard - (54510) / 20-Oct-2017

L'intrigue pourrait être bien construite si le texte était plus aéré, les personnages moins complexes, et la longueur des phrases moins importantes.
A revoir

Diane Dupuy
Mauvais Diane Dupuy - (11620) / 20-Oct-2017

Vraiment gore... De bonnes idées , mais il est en fait facile de trouver le suspect ... Pas très maligne la petite inspectrice d'accueillir ainsi un parfait inconnu chez elle... Les présentations très détaillées de chaque personnage coupent le cours du récit. Pas un très bon polar donc, mais vous avez du style pour la description des personnes et des lieux, et pour décrire les histoires de vie : peut-être pourriez-vous tenter un roman historique ?

Guerreiro
Moyen Guerreiro - (95580) / 20-Oct-2017

Impossible de lire plus de 20 pages. Se retrouver face un pavé de 500 pages sans mise en page, sans saut de ligne, sans paragraphe, avec les dialogues uniquement reconnaissables au fait que l'auteur passe à une écriture en italique dans le corps du texte... c'est indigeste et rédhibitoire. Et trouver autant d'incohérences en si peu de lignes (par exemple, une ligne l’héroïne est commissaire, dix lignes plus loin elle est commandant et rebelote le paragraphe suivant...) C'est très dommage.