0.00 Appréciation Globale

0.00 Appréciation Littéraire

Seul espoir la fuite

Joffrey, fils de cordonnier résistant Parisien, est obliger de fuir avec les documents de son père. Il lui faut apprendre à qui faire confiance. Après avoir traverser la France, l'Espagne, il se retrouve aux états unis puis au canada. L heure de la revanche arrive lorsqu'il reviendra à Paris pour demander des comptes aux assassins de ses parents.

Hadrien REEVES
Hadrien REEVES

62 ans - (84210)
Blog de l'auteur

« Né en 1954 à Toulouse, je ne cesserai de bouger, dans ma vie, dans le travail. J'aurai tout fait, aide dans une ferme, coursier, moniteur de colonie de vacances, surveillant de baignade, mécano avion, contrôleur de grue, maçon, vendeur de tout et de rien, pour finir Directeur Général de filiale de grand groupe du CAC 40. J'aurai tout construit, mes maisons, une partie des meubles. J'aurai tout retapé surtout mes veilles Citroën. A l'heure de la retraite je peux enfin écrire, pour le rêveur que je suis, des histoires. »

Ils ont lu ce livre

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Randouyer Patrick
Moyen Randouyer Patrick - (3000) / 24-Apr-2017

L'histoire en elle-même n'est ni meilleure ni pire qu'une autre sur la période de la Résistance. Je n'ai pas été au delà de la 60ème page parce qu'au delà de problème de ponctuation (absence de virgule dans des phrases un peu longues) j'ai surtout été pluq u'agacé par la manière de conduire les dialogues, c'est à dire en se contentant de mettre entre guillemets les paroles des uns et des autres, san retour à la ligne par un tiret.
En plus, quelques fautes du type "défie" comme conjugaison de défaire alors que cette orthographe est celle de défier. Ou quelqu'un qui est jeté "à la maille" dans le port de Marseille (au lieu de "à la baille").

GODALIER Johann
Mauvais GODALIER Johann - (73000) / 24-Apr-2017

L'auteur raconte une histoire mais trop de lourdeurs, de répétitions, ont vu ma patiente arrêter ma lecture dès le chapitre 3.
Afin de n'avoir aucun regret sur cette décision, je suis allé lire les 30 dernières lignes et là... c'était bien pire... : "L’entrainement physique portait ses fruits. Joffrey comprit que si le
mental pilote le physique il n’en reste pas moins que travailler sa condition
physique permet d'acquérir des performances..."
On ne peut pas penser être édité de cette façon !!! J'aime à penser qu'il s'agit d'un premier jet, voir un brouillon.