chemins entrecoupés

Note globale

7.49/10

Note littéraire

7.58/10

Régional

7 évaluations

210 pages

Au début du siècle dernier, lassée d'une vie monotone pourtant confortable, Marguerite refuse de suivre son mari en Angleterre pour se lancer dans l'aventure incertaine d'un amour naissant. La guerre sera déclarée peu de temps après. Sa vie devient plus rude, elle apprend à s'affirmer dans l'adversité pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle avancera dans la vie en taisant certains choix mais ses enfants et les événements se chargeront de l'obliger à assumer ses décisions parfois douloureuses pour la délivrer du poids des secrets. on suivra le parcours de cette famille jusqu'en 1950.

L'auteur

annick nicolas
67 ans

saint brieuc

Je suis née dans les Côtes d’Armor et je suis revenue y vivre à ma retraite après avoir passé 28 ans en région parisienne où j’ai exercé le métier de dessinatrice publicitaire. Le dessin a été mon loisir préféré jusqu’à l’âge de trente ans où j’ai découvert le plaisir de l’écriture. J’écris des contes et des nouvelles.
Découvrir l'auteur

Ils ont lu ce livre

VIP
LEYNADP
10.00/10
Belle histoire familiale
Lire l'évaluation
Lecteur d'Or
Renaud Anne
9.00/10
Très belle histoire
Lire l'évaluation
VIP
Randouyer Patrick
8.10/10
Après une bonne relecture, cela peut donner un ouvrage tout à fait correct.
Lire l'évaluation
Lecteur d'Or
Lagache
8.00/10
l’héroïne a fait preuve de beaucoup de courage pour changer de milieu, mais elle a réussi à refonder une famille et avo...
Lire l'évaluation
VIP
Ropars Muriel
6.00/10
roman qui décrit une tranche de vie d'une jeune femme du début du siècle qui souhaite casser les codes de l'époques
Lire l'évaluation
VIP
Neumann-lecoufflet Jocelyne
5.00/10
Il n'y a pas de suspenses et je me suis ennuyée. J'ai du me forcer pour le finir. En fait l'histoire est creuse.
Lire l'évaluation

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Moyen
Auricombe Stéphanie
Décevant... Ouvrage plus sentimental que régional! 20 ans de vie traités en une page... On a du mal à éprouver de l'empathie pour les personnages.