La dernière prière de l'amnésique

Note globale

6.71/10

Note littéraire

7.00/10

Thriller

4 évaluations

185 pages

Une femme est assassinée. 48 heures auparavant, un vieillard est enterré dans le caveau familial. Dans ce village sinistré des Vosges, des crimes ont été commis seize ans plus tôt par un sculpteur fou. Dans un compte à rebours glaçant, le fils amnésique est emporté dans un tourbillon de révélations. Sa mère décédée vingt ans plus tôt n’est pas morte d’un accident. Les bûcherons empreints de superstitions cachent des secrets inavouables. Son frère ainé n’est pas un modèle. Et son amie est motivée par une obsession qui la mènera à sa perte. Ce thriller psychologique renvoie au plus grand féminicide que la France ait vécu. Il n’est pas à mettre dans toutes les mains…

L'auteur

LAFERRERE Mathias
52 ans

Milly La Forêt

Grand lecteur, j’ai dix ans lors de l’affaire du parapluie bulgare, vingt à Sciences Po lors de la chute du mur de Berlin et quarante lorsque je dirige en Bulgarie une société issue de l’époque soviétique, à proximité des « honorables correspondants » de l’ancien et du nouveau monde du renseignement. Nourri d’histoire politique par ma formation, de technologie par mon métier, et de psychologie par le contexte familial, la Voix de l’Ombre associe ces trois ingrédients pour alimenter un manuscrit à lisière du roman noir, du drame social et de l’espionnage.
Découvrir l'auteur

Ils ont lu ce livre

VIP
Genee Jerome
8.75/10
J'ai bien aimé lire ce roman noir qui remue la vase d'un petit village ancré dans ses légendes sataniques. Trés long à s...
Lire l'évaluation
VIP
Vander Straeten Véronique
8.50/10
Ce n'est malheureusement pas le genre de roman qui me captive. Ce n'est pas un thriller. Cela peut toutefois plaire au...
Lire l'évaluation
VIP
Barberi Valérie
4.00/10
Un roman bien long et complexe
Lire l'évaluation

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Moyen
Martel Benoît
Un rythme effréné, presque agressif. Disons seulement que je n'ai pas réussi à être séduit, mais cela n'enlève rien à la qualité de ce texte.